COUP DE CŒUR N° 86 DE VICTOR BERENGUIER
Coup de coeur VICTOR BERENGUIER

16 Janvier 2019

Les vertus du romarin



Chers lecteurs,

Avec cette nouvelle rubrique je vous adresse tous mes vœux pour cette nouvelle année 2019 avec, en priorité, la Santé pour vous et tous les êtres qui vous sont chers.

Dans cette rubrique je vous joins des extraits puisés dans ''Alternatif bien-être'' n°148 paru ce mois-ci sous la plume de Caroline Gayet *.

«« ...CE QU'EN DIT LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

En 2016, une méta-analyse a bien constaté les effets antioxydant, anti-inflammatoire, anti-athérogène, hypoglycémiant, hypotenseur, hypolipémiant, hypocholestérolémiant, anti-thrombotique et hépatoprotecteur du romarin, notamment grâce à sa teneur en acides phénoliques. Ces conclusions augurent de bonnes prédispositions au traitement du syndrome métabolique qui consiste à avoir au moins 2 des 5 troubles suivants : hypertension, surpoids avec graisse abdominale, diabète ou intolérance au glucose, hypertriglycéridémie et hypercholestérolémie). Pour les mêmes raisons, le romarin est efficace dans le traitement de l'obésité et de la stéatose non alcoolique (= le foie gras) et de l'intérêt celui-ci va grandissant.[...]

Des études sur les effets du romarin sur les performances cognitives ont montré que la consommation de 500 mg de romarin deux fois par jour a amélioré la mémoire, la qualité du sommeil et réduit l'anxiété chez les étudiants et adultes de moins de 63 ans.

Concernant l'effet anti-cancer du romarin, c'est sa grande dose de polyphénols, les acides carnosique et rosmarinique, qui serait à l’œuvre dans certaines molécules clés de signalisation pouvant induire l'apoptose (suicide des cellules tumorales). Des chercheurs turcs se sont attachés à savoir sur quelles lignées de cellules cancéreuses, les extraits de feuilles de romarin étaient les plus sensibles : sein, poumon, prostate, foie et leucémie myéloïde. C'est sur cette dernière qu'il a été le plus remarquable. Ces extraits de romarin sont donc des candidats potentiels dans un protocole anti-cancer, dont les doses restent néanmoins à définir. […]

COMMENT L'UTILISER

Le romarin s'utilise dans vos assiettes, puisque c'est une herbe aromatique facilement trouvable sous forme déshydratée.[...]

Comme plante médicinale, le romarin se consomme généralement en cure de 3 semaines par mois, à renouveler si besoin. En général, sans pathologie particulière, on estime que 4 cures par an suffisent, soit une par saison.



* Caroline Gayet – Diététicienne – phytotérapeute -

www.caroline-gayet.com » »

 
Volonne 15 janvier 2019 - Victor Bérenguier [ victor.berenguier@wanadoo.fr ]




Réalisation © 2014-2018 Alain Escobar